La nature même du credit in fine est directement liée à la recherche de défiscalisation des personnes désirant réaliser un investissement locatif.

Particularités du credit in fine

Définition

Si dans le prêt conventionnel, dit amortissable, à chaque mensualité l’emprunteur rembourse une partie du capital (dont la part diminue après chaque échéance) et des intérêts (sur le capital restant), il n’en est pas de même pour le credit in fine.

Le credit in fine, lui, permet, toute la durée de l’emprunt, de ne rembourser que les intérêts. Ces derniers sont calculés sur la totalité du capital emprunté pour la durée totale du prêt. Le capital emprunté est remboursé, en une seule fois, au terme du crédit.

Pour en savoir plus sur le fonctionnement du credit in fine, cliquez ici.

Conditions

Conditions du credit in fine

Ce capital est constitué sur la base d’une épargne déjà possédée (en totalité ou en partie) ou sur une épargne qui se constitue chaque mois pendant la durée du crédit (assurance vie, assurance capitalisation…).

L’emprunteur a donc le choix entre un apport initial correspondant au montant de l’échéance, un apport initial partiel avec des versements périodiques modérés, ou pas d’apport du tout et des versements déterminés pour atteindre, à l’échéance, le montant du capital emprunté.

Cette épargne est nantie au profit de la banque qui a ainsi la certitude que la totalité du capital constitué sera affectée au remboursement du capital emprunté. L’emprunteur doit en outre souscrire une assurance invalidité-décès couvrant mensualités et capital emprunté.

  • Taux fixe avec remboursement entre 3 et 15 ans.
  • Montant minimum 21500 €, sans montant maximum.

La fiscalité du credit in fine

La fiscalité du credit in fine

Remarques

Avec le credit in fine le fait que le capital demeure inchangé et que seuls les intérêts sont mensuellement remboursés tout au long du crédit, implique plusieurs conséquences. Le montant des intérêts peut être mensuellement constant.

Le montant des intérêts est plus important qu’avec un prêt amortissable classique, du fait que les intérêts sont calculés sur la totalité du montant emprunté et que le taux est plus important que pour un prêt amortissable.

Conséquences sur la fiscalité du credit in fine

Ainsi, les intérêts d’emprunt étant déductibles des revenus fonciers, le credit in fine par son augmentation du montant des intérêts est destiné aux contribuables déjà fortement imposés et désirant réaliser une défiscalisation substantielle avec pour supports un investissement foncier à but locatif.

Ces dernières années nombreux sont les français, même dans des tranches d’imposition supportables, qui ont opté pour l’investissement locatif en utilisant le credit in fine comme outil de défiscalisation.

Si le credit in fine est une bonne solution face à une recherche de défiscalisation en optant pour un programme d’investissement à but locatif les conseils de professionnels sont indispensables pour adapter le montage financier à la situation financière et fiscale de chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *