À chaque projet immobilier correspond une formule de prêt très spécifique, comme c’est le cas du crédit in fine, pour tous les investissements dans le locatif par exemple. N’oubliez pas de faire votre simulation de prêt sur ce site.

Pourquoi le crédit in fine ?

Credit in fine

Pour financer leurs investissements dans la pierre, les ménages français ont le choix entre deux grands types de financement que sont : le prêt amortissable et le prêt in fine. Pour mémoire, pour le premier crédit, le remboursement comprend à la fois les intérêts et le capital emprunté. Les mensualités sont donc élevées, mais par contre le taux d’intérêt est souvent bas.

Sinon, concernant l’in fine, les mensualités ne sont composées que des intérêts et des frais d’assurance, et le solde du capital se fera seulement une fois que le prêt immobilier sera arrivé à son terme. De ce fait, comme le calcul des intérêts ne se base que sur le capital de départ, le crédit in fine peut revenir très cher au final.

Toutefois, c’est justement le mécanisme de l’in fine qui fait que ce type de crédit convient à merveille à l’immobilier locatif : comme les mensualités à payer sont faibles, elles peuvent être entièrement couvertes par les loyers perçus par le propriétaire. En outre, cette formule est notamment recommandée aux personnes qui sont déjà soumises à l’Impôt de solidarité sur la fortune ou ISF dans l’optique d’alléger ainsi leurs charges fiscales.

D’ailleurs, l’autre intérêt majeur du prêt in fine est la réduction d’impôt particulièrement intéressante dont peut bénéficier leur souscripteur. En effet, dans l’objectif d’encourager les placements locatifs, l’État français autorise le prélèvement des intérêts sur les ressources locatives. Ainsi, plus l’intérêt est élevé, plus le montant déduit sur l’impôt peut-être conséquent.

Le crédit in fine dans les détails

Le prêt immobilier in fineMais la complexité du prêt in fine réside surtout dans le remboursement de son capital. Comme le paiement de la somme ne se fait qu’à la fin du crédit immobilier, l’emprunteur doit à cette échéance disposer de la totalité du capital dû.

Et c’est pour s’assurer de la solvabilité du crédit que les établissements bancaires exigent que la demande de crédit soit accompagnée d’une souscription à l’assurance vie, excepté pour les cas où l’apport personnel équivaut à 20 ou à 30 % du montant emprunté, ou lorsque la demande propose une hypothèque comme garantie. Mais quoi qu’il en soit, la somme des intérêts et des primes d’assurance reste faible par rapport aux mensualités d’un prêt immobilier classique.

Enfin, comme tout prêt immobilier, le crédit in fine est disponible à la fois en taux fixe et en taux variable. Néanmoins, comme les taux d’intérêt sont actuellement à leur plus bas niveau, il serait plus judicieux d’opter pour la formule fixe. Ainsi, en cas d’une hausse du taux, il n’y a pas de risque que vos intérêts s’envolent. Cependant, si pour une quelconque raison votre choix se porte sur un taux variable, renseignez vous auprès de votre gestionnaire de compte des conditions de basculement de votre taux d’intérêt en fixe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *